L’histoire de Jessica

 

Laissez-moi vous conter l’histoire de Jessica, une histoire belle et inspirante, comme je les aime. En plus issue d’une histoire vraie. Ce sont mes préférées

Je vole 

  Ce soir-là, Jessica du haut de ses 16 ans, faisait le mur, de la famille d’accueil, où elle avait été placée depuis quelques mois. Sans doute la pire de toutes celles qu’elle avait eue. Orpheline à 7 ans, inutile de vous dire que les foyers et maison accueille, n’avaient plus de secret pour elle. Du moins, le pensait-elle.

Quelques heures plus tôt, le père de famille qui l’hébergeait était entré en catimini dans sa chambre. Non contant de la frapper à longueur de journée, cette fois-ci, il voulait sans prendre à sa virginité. Il voulait lui montrer que si, il s’en prenait à elle, c’était uniquement de sa faute, car elle était une méchante fille. Mais, il n’aimait pas la frapper, et voulait lui montrer combien en réalité, il l’aimait, et blablabla…

Jessica ne dut son salut, qu’à l’arrivée de l’épouse de ce dernier. Aussitôt, il fit mine, de menacer Jessica, disant qu’il l’avait trouvé en train de voler.

Voler, oui, elle allait le faire, mais pas de la façon qu’il pensait, elle allait s’envoler loin d’ici. Elle quittait la région Bordelaise, pour la capitale.

 

A six mois près

  Vous l’aurez compris le principal souci de Jessica, était d’échapper à la police, afin de ne plus être placé ni en foyer, ni en maison d’accueil. Contre toute attente, elle y parvint. Jusqu’au jour, où le squat dans lequel elle vivait, avait été démantelé. Pas de chance pour Jessica, il lui fallait encore attendre 6 mois avant sa majorité.

Heureusement pour Jessica, la personne qui s’occupait des services sociaux, fût touchée par son histoire, et lui dit :

” Si tu consens à t’intégrer, et ne plus jouer les rebelles, je veux bien t’aider”.

Jessica accepta aussitôt, pas question pour elle de retourner à Bordeaux, ni de retourner en foyer d’accueil. Elle accepta les vêtements qu’on lui remit. Suivis sans discuter la femme. Mais lorsqu’elle vit devant elle, un grand bâtiment où il était écrit Foyer Chaillot-Galliera, elle eut un mouvement de recul.

“Ne t’inquiète pas, lui dit l’employée des services sociaux. C’est un foyer de réinsertion, normalement, il faut avoir minimum 18 ans, pour y rentrer, mais je connais bien la personne qui s’en occupe, et je vais lui expliquer la situation, de toute façon, dans 6 mois, tu les auras.

Honnêtement, Jessica n’attendait pas être acceptée. Et à en juger par le temps que la femme avait mis pour persuader son interlocuteur, ça n’avait pas été aussi simple que le pensait cette dernière.

Enfin, on la conduisit dans une chambre qu’elle partagerait avec une autre jeune femme, on lui montra les lieux, Jessica fût surprise de constater qu’il y avait même une salle de sport. On lui proposa un emploi.

Sans diplôme, parce qu’elle n’avait jamais fini sa scolarité, de toute façon, elle avait toujours détesté l’école, et ne voyait pas l’intérêt d’apprendre toutes ses âneries.  Elle n’était pas ravie de se retrouvée dame pipi à la gare. Mais elle était prête à tout, pour garder la confiance de ceux qui lui avaient donné une seconde chance. De plus, Natacha, l’aide-éducatrice, lui cherchait un apprentissage, ce n’était qu’une question de temps.

 

Une rencontre étonnante et inspirante

 

  Un temps, beaucoup plus long que ce que pensait Jessica, cela faisait 7 mois qu’elle travaillait à la gare. Elle en était arrivée, à imaginer des histoires sur les voyageurs, qui passaient. Certains, lui accordaient même un peu de leur précieux temps, ou lui attribuait un sourire. Autant vous dire qu’elle en avait vu passer du monde. Mais encore jamais comme la femme qui se présenta ce matin-là. Une femme aussi charismatique, qu’élégante. Qui s’adressa à elle, comme si elle était son égale. Elle resta un petit quart d’heure à discuter avec elle, comme si elles étaient amies. Elle lui accorda même un généreux pour boire, afin qu’elle puisse s’alimenter correctement pour son repas du midi. On aurait dit, une mère faisant des recommandations à son enfant, loin d’en être vexée, Jessica s’en était amusée.

“On dirait une actrice” dit Jessica, le soir même à Natacha. Regarde.

Jessica tendit un carnet à dessin à son amie. Pendant les 18 mois qu’elle avait passé dans la rue, Jessica avait développé ses talents de dessinatrice, elle s’installait à Montmartre et accostait les touristes pour un portrait, ce qui lui permettait d’avoir un peu d’argent.

“Ça te rappelle quelqu’un ?

Natacha, jeta un coup d’œil rapide. “Non”, répondit-elle en posant son livre à plat sur la table pour ne pas perdre sa page, apparemment, elle n’arriverait pas à lire tant que Jessica serais prêt d’elle. C’est alors que ses yeux se posèrent sur la couverture de son livre. Surtout sur la photo de l’auteure, qui était l’exacte reproduction que le portrait que Jessica avait fait de mémoire.

” Ça, alors, c’est Annie que tu as rencontrée ?” C’était son auteure préférée du moment, elle écrivait des livres sur le développement personnel, et de la diététique. Elle devait être venue pour le salon du livre. Mais pourquoi était-elle à la gare ?

Le lendemain, elle fila à la FNAC pour s’acheter le livre d’Annie, et se plongea dedans toute la journée et une partie de la nuit, elle qui ne lisait rien, même pas un magasine people. Dès qu’elle referma le livre, elle avait eu une révélation.

Elle alla à la salle d’ordi, regarda le planning d’Annie, pour le lendemain. Elle découvrit même le blog, de cette dernière, avec toutes les dates, et les conférences et signatures qu’elle avait prévue.

Deux heures plus tard, elle faisait la queue, parmi les nombreuses fans. Quand son tour arriva, elle fut surprise de constater qu’Annie se souvenait d’elle.

“Bonjour Jessica, comment, vas-tu ?

“J’ai beaucoup aimé votre livre” est la seule chose que Jessica est pu dire, elle était beaucoup plus impressionnée face à Annie maintenant qu’elle connaissait son identité.

“J’ignorais que tu l’avais lu”

“Oui hier”

Annie regarda la jeune femme incrédule. Pris deux autres livres sur la table, et après lui avoir mis un petit mot, lui dit.

“Tiens, si tu as aimé mon dernier, ces deux livres, t’en apprendront davantage.

“Je, euh.. Je” Comment avouer à cette femme si élégante, qu’elle n’avait pas assez d’argent pour les acheter.

Annie appela la jeune fille qui se trouvait près d’elle pour qu’elle mette les pastilles au dos des livres, qui prouvait le règlement.

“Tien cadeau.

Quand la vie s’en mêle

  Voilà que Jessica finissait son troisième livre, en trois jours, elle qui ne lisait jamais, qui avait toujours crue qu’elle n’aimait pas ça. Annie était repartie, mais Jessica la suivait grâce à son blog. Sa décision était prise elle apprendrait l’anglais, et dès qu’elle aurait assez d’argent elle irait, en Amérique, assister à un meeting d’Annie.

Elle travailla dur, pour parfaire son Anglais. Natacha ne la reconnaissait plus. Un mois s’était écoulé depuis le départ d’Annie. Jessica était là à nettoyer les toilettes, lorsqu’elle aperçut quelque chose de blanc derrière la cuvette.

“Oh, j’en ai marre de ces gens qui jette leur papier déchet partout !” En tirant dessus, elle vit qu’il s’agissait d’une enveloppe. Elle la tourna, la retourna, pas d’adresse, pourtant, elle était épaisse. Elle l’ouvrit pour voir s’il y avait une identité ou une adresse à l’intérieur. À la place, elle découvrit une grosse liasse de billets, et une feuille avec des mots inconnus et des chiffres.

Une vacancière a dû la perdre, pensa t’elle. C’était l’heure de la fermeture, alors elle mit l’enveloppe dans son sac. La personne qui l’avait perdue reviendrait certainement la chercher dès le lendemain matin, elle serait heureuse de voir que Jessica, l’avait récupérée.

“Ça, c’est un signe de la vie”, lui affirma Natacha, dès qu’elle l’a mis au courant.

“N’importe quoi, lui répondit Jessica. De toute façon demain si la personne n’est pas venue, je la donnerais aux objets trouvés.

” Et que crois-tu qu’ils feront, ils le mettront dans leur poche, il n’y a même pas une adresse à l’intérieur ! Crois-moi, Jessica, cet argent n’ai pas venu là pour rien, ça fait des semaines que tu étudies l’anglais et pleins d’autres choses, dans le but de te rendre en Amérique, c’est un signe, je te dis”.

Le lendemain, et le sur lendemain, personne ne vint réclamer l’argent. Jessica, contrairement à l’avis de Natacha, ne voulait pas garder l’argent, il y en avait bien trop, la personne qui l’avait perdu, devait être perdue.

Cependant même Bob, son ami des objets trouvés, fut de l’avis de Natacha.

“Garde le Jessica, que veux-tu qu’on en fasse, prend le, et va en Amérique, tu en rêve depuis un mois, tu me bassines pratiquement tous les jours avec ça.

Le rêve Américain

 

  Jessica attendit encore deux semaines. Avant de se décider un soir, à réserver un vol et une chambre d’hôtel, ainsi qu’une place dans le meeting de Los Angeles.

À la fin du meeting elle fit la queue, avec les fans d’Annie. Cette dernière fut étonnée de la revoir, surtout en Amérique. Comme il y avait trop de monde, elle n’osa pas parler.

À la sortie, elle compta son argent, en faisant attention, elle pouvait suivre Annie, encore une fois, elle se dit que si elle avait de la chance elle trouverait un petit boulot.

Et c’est ce qui se passa pendant trois mois. Elle trouvait des emplois de serveuse, ou de fille à tout faire, dans les villes où allait Annie, lors des meetings, elle ne comprenait encore pas tout, mais elle adorait l’énergie qui s’en dégageait.

 

Une opportunité inattendue 

  Seulement cette fois-ci, elle ne trouva pas d’emploi, et elle n’avait pas assez d’argent pour se payer une chambre, tout était passé dans les billets de transport et du meeting. Alors pour une fois, elle n’alla pas saluer Annie, elle avait trop honte.

Elle traversa la rue, à la recherche d’un coin pour s’installer pour la nuit. Elle s’était installée sur un banc dans le parc, essayant de trouver le sommeil. Elle avait perdu l’habitude, de dormir à la belle étoile.

“Le parc n’est pas le lieu, le plus sûr pour une jeune femme, même si je sais pertinemment qu’on attire à sois, que ce que l’on souhaite le plus, ou que l’on craint le plus.

Jessica se redressa d’un bond, incroyable ! Annie était là, en chaire et en os ! “Comment avait-elle deviné, mais non, je suis bête se dit Jessica, elle devait être passée par là par hasard, c’est de ma faute, j’aurai dû mieux me cacher, elle a raison, si elle m’a vu, n’importe qui aurait pu me trouver.

“Vous n’avez pas été facile à trouver, heureusement que j’avais demandé à un de mes collaborateurs de vous suivre. Savez-vous qu’il a été vexé que vous arriviez à le semer un coup dans ce parc”

Jessica la regarda, interloquée, jamais elle n’aurait pensé que Jessica l’avait vu, ni qu’elle la chercherait, elle n’avait même pas vu, qu’elle avait été suivi, et c’était un pur hasard, si elle avait échappé à son poursuivant.

“Tu viens Jessica, j’ai une faim de loup et j’irais bien manger un morceau”

“D’accord, mais pas un truc guindé, un burger ok”

“Va pour un burger, j’ai l’impression qu’il faut qu’on parle, qu’on parle vraiment”.

C’est donc devant un cheese burger et des frites qu’elle avoua à Annie que ses livres l’avait tellement inspirée qu’elle voulait faire comme elle, les leçons pour apprendre l’anglais, et l’argent trouvé, et comment ses amies l’ont incités à s’en servir pour venir en Amérique.

“Ils ont eu raison. Mais je ne pense pas qu’ils approuveraient de vous voir dormir dans un parc. Je vous cherchais justement pour vous dire, que j’avais besoin de quelqu’un qui parle très bien français, dans mon entourage.

C’est ainsi que Jessica se retrouva à travailler pour Annie, à apprendre les ficelles, elle étudia non seulement l’Anglais, mais également l’Espagnole pour être plus autonome, lorsqu’elle voyageait avec Annie. Sans même s’en rendre compte, elle apprit, pour ses recherches l’histoire, la géographie, l’économie, la littérature française et anglophone.

Croyez en vos rêves

 

  Deux ans plus tard, elle revenait en France, pour dédicacer son livre, elle fut surprise de constater que les toilettes de la gare avaient changées de place, et qu’elles s’étaient modernisées. Une jeune femme s’y trouvait pour les nettoyer.

Jessica la salua, lui souhaita une bonne journée, et entama la conversation. Pendant un quart d’heure, elle la considéra comme son égale. Puis elle se dirigea vers la Tour Eiffel, où elle avait invité Natacha et Bob, pour le dîner. Depuis qu’elle était arrivée à l’âge de 16 ans sur Paris, elle s’était promis d’y manger.

Elle avait enfin réalisé ses rêves, et ce n’était que le début.

Spread the love
  • 2
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *