l’éleveur de chevaux

 

l'éleveur de chevaux

 

Depuis qu’il était enfant, l’homme, avait la passion des chevaux, il passait tout son temps en leur compagnie, quand d’autres passaient le leur le ballon aux pieds. Il pouvait leur parler pendant des heures, si bien qu’on avait fini par l’appeler le chuchoteur.


Forcément, à l’âge adulte, vous vous doutez bien, qu’il a fait de cette passion, son métier. Eh, oui, il est devenu éleveur de chevaux, enfin, je devrais peut-être dire collectionneur. Car il possédait un pur-sang, un crack aux courses, un trotteur incroyable, à chaque saut, il donne l’impression qu’il va s’envoler jusqu’aux nuages, un lipizzan, qui n’a pas son pareil pour charmer son publique, lors des parades, et concours de dressage. Plus incroyable, il possédait même un appaloosa qui l’accompagnait lors de ses treks et un shire, le bon gros géant sait enflammer les foules lors des foires agricoles, les enfants des touristes l’adore, et se battent pour monter dans l’attelage en premier.

 

Tous les prix et récompenses trônaient fièrement dans son bureau et dans la maison. Mais l’éleveur de chevaux, avait été plus loin. Il s’était essayé à la génétique, le résultat, cependant, n’était pas vraiment concluant. De cette tentative, était né un poney, pas franchement beau, mais avec un charme certain, des yeux pétillants d’espiègleries, et une frimousse malicieuse.

 

Les enfants “spéciaux” dont il s’occupait, l’adoraient. L’éleveur de chevaux, avait appris dans sa jeunesse combien la présence de ces animaux, pouvait redonner le moral, et confiance en soi. Aussi, une fois par semaine, recevait-il des enfants “handicapés”, moteurs, ou mentales, des autistes, et autres enfants laissés pour compte.

 

C’est d’ailleurs grâce à cette activité qu’il avait reçu le matin, même une lettre de l’étranger, l’invitant à un événement équestre, dans lequel on lui demandait de prendre la parole, pour expliquer son programme. Il n’avait pas peur de laisser pendant un peu plus de deux semaines, puisqu’il avait entièrement confiance en ses employés. Ils savaient qu’ils en prendraient soins comme de la prunelle de leurs yeux.

 

En rentrant près de 3 semaines plus tard, il crut vivre un cauchemar. Ses merveilleux chevaux, semblaient avoir vieilli de 20 ans, ressemblant plus, à de vieux chevaux abandonnés. Comment était-ce possible ?

_ on n’y comprend rien, lui dit l’un de ses gars, le meilleur, ils ont péri comme ça, d’un coup sous nos yeux, sans qu’on y puisse rien. Pourtant, on s’en occupait chaque jour, exactement comme vous.

L’éleveur de chevaux s’approcha les larmes aux yeux de l’enclos de son pur-sang. Posa sa tête sur celle de l’animal, et en le caressant tendrement, il murmura :
“Que t’arrive t’il mon grand ?”
À sa grande surprise, il entendit, comme une voix lui répondre.
_ j’était là, à m’entraîner, lorsque j’ai aperçu le trotteur, sauté à l’autre bout du parc, et je me suis dit, je cours peut-être bien, mais jamais, je ne sauterais aussi haut, avec autant de grâce que ce trotteur.
Incrédule, l’éleveur de chevaux, le regarda.
“Quoi ?”

Le pur-sang baissa la tête, les yeux vides
L’homme s’approcha du trotteur, “comment se fait-il que toi, tu sois aussi triste, en sautant aussi bien ?”
_ J’étais là, à m’entraîner à sauter, battant même mon record lorsque j’ai aperçu le lipizzan, majestueux sur la piste, comme s’il dansait avec les rayons du soleil. Il était tellement beau, presque irréel.

 

Alors l’éleveur de chevaux, s’approcha du lipizzan. “Comment se fait-il que toi, tu sois aussi triste, en étant aussi majestueux ?”

_ j’étais là à répéter mes pas, lorsque j’ai vu l’ appaloosa, qui s’apprêtait à partir à l’aventure.
À la question l’appaloosa, lui répondit.

_ j’étais là, sagement à attendre que ton employé finisse de me charger pour un petit trek de quelques jours, pour accompagner les deux touristes, lorsque j’ai vu cet étrange cheval anglais.

_ tu veux dire le shire ?

_ oui, il est tellement beau, et si grand ! Pas comme moi, qui suis à mis chemin entre le cheval et le poney.
L’éleveur de chevaux n’en croyait pas ses oreilles. Que leur arrivait-il à tous. Il s’approcha du shire, pas en meilleure forme que les autres.

Une fois de plus, il posa la question.
_ j’étais là à promener les touristes, dans ma calèche lorsque j’ai vu le pur-sang courir comme le vent, le trotteur, s’envoler jusqu’aux nuages, le lipizzan, danser avec les rayons du soleil. Même le lipizzan est plus attirant que moi, avec sa petite taille, on ne le traite pas de géant, lui.

L’homme allait répondre que non, mais qu’il souffrait d’être si petit et enviait même sa taille de géant, lorsqu’il entendit des rires s’approcher de lui.

Son étrange poney arrivait en compagnie des enfants “spéciaux”.
Il était si impressionné de le voir joyeux, que sans s’en rendre compte, il posa sa question.
_ comment ce fait-il que toi, tu sois aussi, heureux ?

_ jusque-là, j’ai toujours cru que j’étais insignifiant sans aucune utilité, je ne sais ni courir vite, ni sauté haut, je suis tout petit, et même pas vraiment beau. Mais depuis que tu es absent, je me suis rendu compte que les autres agissait avec moi, exactement comme d’habitude, ni plus, ni moins, qu’ils étaient heureux de me voir, et que ces enfants uniques, retrouvaient chaque fois le sourire, et le bonheur revenait dans leurs yeux en ma compagnie. Alors j’ai compris combien tous vous m’aimiez, comment moi, l’étrange poney même pas beau, je savais rendre les gens heureux, et que ma particularité me rendait aussi unique que les enfants dont je m’occupe, et que j’étais aussi utile qu’un pur-sang, qu’un trotteur, qu’un lippizan, et même qu’un appaloosa ou un shire, alors j’ai arrêté de les envier, j’ai compris que j’avais vraiment ma place parmi vous. Et que je vous aimais encore plus que vous m’aimiez.

L’éleveur de chevaux se tourna vers ses autres chevaux, et à l’étincelle qui brillait dans leurs yeux, il comprit qu’ils avaient tous entendu.

 

Vous aimez les histoires, retrouvez en d’autres dans la malle à histoires

Spread the love
  • 3
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *