Le Maître des clés T1: Le pays des songes

Couverture Le Maître des Clés, tome 1 : Le Pays des Songes

 

Auteur : Benoit Grelaud

 

Genre : roman, aventure, Fantastique

Edition : Gründ

Parution : 10 mai 2012
Pages : 192

à partir de : 10 ans

Acheter Le Maître des clés Tome 1 : Le Pays des Songes

Pensez à la version numérique pour faire des économies

  Hugues est une jeune garçon d’une dizaine d’années qui, anéanti par le décès brutal de son grand-père, retourne dans la forêt bretonne où son aïeul et lui aimaient vagabonder. Initié aux mondes féeriques, il espère y avoir accès pour aller y rechercher celui qui lui manque cruellement. Mais le Pays des Songes existe-t-il vraiment? Ne serait-il pas simplement le fruit d’une âme meurtrie par chagrin?

 

 

 

D’un monde à l’autre

Hugues adore son grand-père, dont il est très proche. De leur complicité, est né un rituel. Tous les week-ends, avec son aïeul, ils se rendent dans la forêt, en bons habitués, ils ont même fait d’un tronc d’arbre, leur banc attitré. Hugues pourrait écouter son grand-père pendant des heures, lorsque ce dernier, lui conte les aventures d’animaux et êtres fantastiques. Qui peuplent ces bois.


Ces étranges créatures, dont on a tous entendu parlé, mais que personne, ou très peu, on vu.


Puis, un jour, son grand-père, n’est pas au rendez-vous. Pendant plusieurs jours, il n’aura aucune nouvelle, de ce dernier. Ses parents prétendent que tout va bien, mais il voit bien à leurs attitudes, qu’ils lui mentent.


Jusqu’au jour où sa mère, lui annonce la disparition de ce dernier. En lui tendant une lettre. Un dernier petit mot, laissé par cet homme qu’Hugues aime tant.


Vous imaginez bien que la nuit qui suivit, fût horrible. Tous ceux qui ont déjà perdu un être cher, peuvent aisément comprendre le chagrin qui a ravagé, le jeune enfant.


Cependant, au matin, il a une conviction, il doit aller, dans la forêt, là où il s’asseyait, avec son grand-père.
Bien évidemment, ce dernier ne s’y trouve pas. Mais Hugues, y rencontrera, les petits êtres dont son grand-père lui parlait. Ses derniers, l’invitent à les suivre. Pourquoi ? Pour aller à la rencontre de leur Roy.
Pourquoi ? Personne ne veut le lui dire.

Alors commence pour lui, et le lecteur, une grande aventure. Une quête incroyable dans ce pays fantastique. Celui de notre imaginaire. Un monde entre Arthur et les minimoys et Les royaumes invisibles.
“Huguesenfête” (nom, dont les lutins l’affublent) est ce que l’on pourrait qualifier d’antihéros. Un simple enfant. Sans pouvoir extraordinaire, incapable de la moindre magie. Un simple humain, quoi. Un humain au cœur pur, comme souvent dans ce genre de roman.


Tout comme lui, on comprend que cette quête est importante pour les habitants de cet étrange monde, mais qu’elle est également en rapport avec son grand-père.


Je dois reconnaître que j’ai craint un instant tomber dans le cliché, à la fin, lorsqu’au bout de toutes ces aventures le jeune garçon se retrouve face au Roy. Heureusement, il n’en est rien.


Si j’ai beaucoup apprécié Hugues pour sa sensibilité et son ingéniosité, j’ai en revanche totalement craqué pour le petit Reghi. C’est le genre de personnage que j’affectionne particulièrement, drôle, fantasque, la langue bien pendue, et d’une mauvaise foi, je ne vous raconte pas ! Je crois qu’on ne peut vraiment pas faire autrement que de l’aimer. Au cours de ce périple, il servira de guide au garçon, mais il deviendra surtout un ami, fidèle.


Les obstacles ne manqueront pas, il semble que la venue d’Hugues dans le royaume ne fasse pas l’unanimité, on comprendra dans les dernières pages pourquoi. Aussi, les personnages rencontrés sont-ils nombreux, j’ai envie de dire logique. Lorsqu’on chemine, on rencontre souvent des gens qui croisent notre chemin, pour un temps. Aussi, je n’ai pas été plus surprise que ça, par leur nombre, ni par le peu d’intérêt que l’auteur semblait leur porter.
S’il fallait en retenir qu’un, ce serait sans doute l’ogre, un peu idiot, mais qui se donne de grands airs.


Le pays des songes, est le premier tome, d’une saga, d’aventures. Mettant en scène un jeune garçon, tout ce qu’il y a de plus humain, et son compagnon, un lutin, gaffeur, et drôle. Je me suis immédiatement attachée à ce duo complémentaire. La plume de l’auteur est fluide, et riche en vocabulaire. Ce que j’ai particulièrement apprécié. Une très belle découverte, qui te plaira à coup sûre du haut de tes 10 ans, si tu es bon lecteur, tu peux également, le découvrir dès 9 ans.


Si tu le lis, ou l’as déjà lu, n’hésite pas à me laisser un petit mot, dans les commentaires, en bas de l’article, pour me dire, ce que tu en as pensé. Même si tu n’as pas aimé

. Smile  .

 

Ma note : 17/20

A lire si vous aimez : les histoires d’aventures, les mondes et les personnages différents.

A ne pas lire si vous n’aimez pas : Quand il y a plusieurs personnages secondaires.

 

Morceaux choisis :

_  Eh bien voilà ! se réjouit le lutin. Je n’ai qu’à faire semblant de dormir !

_ Impossible, répondit Empereur. Cela ne peut pas tromper l’océan. Il faut être plongé dans un sommeil profond.

_ Eh bien je ne sais pas, moi… s’agaça Reghi. Alors qu’on m’assomme !

_ Non ! C’est vrai ? s’exclama le parchemin, qui venait de saisir une grosse branche qui traînait au sol.

Reghi le dévisagea.

_ Eh, mais qu’est-ce qu’il fait ?

_ Tu ne sentiras rien, ajouta le parchemin. Je ferai ça proprement. Tac ! Un coup derrière les oreilles !

_ Mais ça va pas bien, toi, grogna le lutin.

Il fixa le parchemin droit dans les yeux.

_ En fait, tu es un psychopathe… ajouta-t-il. Un “sévère killer” !

_ On dit “ Sérial Killer”, pour ta “gouvernante”… corrigea le parchemin en levant les yeux au ciel.

 

 

_ Désolé… Il est désolé, râla Reghi. Il s’en est fallu d’un poil de singe qu’on explose en vol, et il est désolé ! Eh ! Mais on prend encore de la vitesse, là ? Oh ! Où sont les freins sur ce truc ?

Nous allions de plus en plus vite, et nus voyions avec angoisse les parois défiler sous nos yeux. Semblable à une boule de flipper, notre véhicule serpentait dangereusement entre les concrétions.

_ Les freins, les freins ? Ah oui, ça doit-être ça ! Maki faisait mine de chercher.

On entendit alors un bruit strident de klaxon.

_ Ah, non… C’est pas ça… Mais où ça peut bien être ?

_ Il plaisante, là ? s’inquiéta Reghi.

 

 

Il examina minutieusement ses vêtements.

_ Regardez-moi ça ! Une veste neuve d’il y a à peine deux siècles !

 

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *