La famille Blaireau-Renard

 

monsieur blaireau madame renard

 

 

Lorsque Monsieur Blaireau et Madame Renarde se rencontrent.

Il y a quelques années, j’avais eu l’occasion d’emprunter à la médiathèque, une bd, au titre original. “Monsieur Blaireau et Madame renard”. Un tel titre m’avait forcément intrigué, je découvris alors l’histoire d’une famille recomposée, version animalière.


En effet Marguerite, une belle renarde, accompagnée de sa jeune fille, l’effrontée Roussette, se retrouve dans ce premier tome de la BD de Dargaud, à squatter sans scrupules, ou presque, chez ce pauvre monsieur Blaireau, Edmond est veuf, et père de trois enfants, deux jumeaux et une toute petite fille. Contre toute attente, l’amour va s’installer et les péripéties, se succéder.
J’avais trouvé ce premier tome génial, et, m’étais promis de découvrir la suite. Malheureusement, la vie aidant, j’ai oublié cette promesse.
Jusqu’à ce fameux matin, où, en ouvrant mes mails, je découvris une annonce presse, m’invitant au lancement d’une série de dessins animés, étrangement intitulé famille blaireau-renard. Qu’elle joie, France Télévision avait donc décidé de lancer l’adaptation de cette BD géniale.

 

De l’euphorie à la crainte

L’euphorie de cette annonce passée, je commençais à m’inquiéter. On sait tous que les adaptations, ne sont pas toujours à la hauteur de nos attentes, surtout lorsqu’il s’agit d’adapter l’un de nos coups de cœur.
Après avoir visionné les deux premiers épisodes, je peux vous dire que cette adaptation, est une vraie réussite, j’en ai oublié durant le visionnage, où je me trouvais, je n’étais plus sur ma chaise, devant un copieux petit déjeuner chez France télévision, mais là-bas, dans cette forêt bretonne. En compagnie de nos héros.

 

 Roussette 2

Même si le dessin animé ne démarre pas exactement de la même façon que la BD, ce dernier prenant le parti-pris, que les familles sont déjà habituées à vivre ensemble. L’impétueuse Roussette qui était déjà mon personnage favori, prend tout à coup vie sous mes yeux, et devient exactement telle que je me l’imaginais, la voix peut-être légèrement plus aiguë. Allez savoir, pourquoi elle avait pris dans ma tête celle de Scarlette O ‘ Hara.
Dans cet animé démarrant la série des 52 épisodes, de 12 minutes chacun, suite à une indiscrétion de Picobello le marcassin, les jumeaux Blaireau et la jeune renarde, croient que la mère de cette dernière veut déménager. Pour les trois amis, devenus au fil du temps tels des frères et sœur, dans tous les sens du terme, puisque Roussette, et Carcajou, passent leurs temps à se chamailler. C’est Glouton qui va trouver la solution. Proposant aux deux autres de faire de leur mieux, pour garder leur calme, et les incitent à s’entraîner.
Là, je peux vous assurer, que je n’ai pas été la seule adulte à glousser, voir à rire franchement. Ce qui montre à quel point ce dessin animé est une réussite.

 

Pourquoi j’aime autant la famille Blaireau-Renard.

 

Parce qu’elle véhicule des valeurs qui me sont chères, la famille, le respect de la nature, et surtout, surtout, bien que les héros soient des animaux, les auteurs Brigitte Luciani et Ève Tharlet, ne les ont pas bêtifié en les humanisant. Ils sont tels qu’ils évoluent dans la nature.
J’ai même appris grâce à cette adaptation, que ce que j’imaginais, une douce chimère des auteures étaient en réalité une vérité. Elles sont belles et bien partie de faits réelle.
Pour l’anecdote, il faut savoir qu’Ève Tharlet, c’est non seulement inspirée de son environnement pour dessiner le cadre de la BD, mais au cours d’une balade, dans sa forêt bretonne, a réellement vue un terrier où un blaireau partageait son terrier, avec un renard. Un reportage sur les renards et les blaireaux apprendront aux auteurs que le fait n’est pas rare, les uns, n’hésitant pas au partage, les autres, ne voyant aucun problème, pour squatter l’espace des autres.

 

 

famille blaireau renard au grand complet

 

 

Et alors le dessin animé, ça donne quoi ?

 

Les bases restent les mêmes, Edmond et les enfants blaireau sont toujours veuf et orphelins. Et le père renard, brille par son absence. Même si c’est un peu plus compliqué que ça en réalité. Absent, mauvais mari, d’accord, mais il aime sincèrement sa fille. Je le sais de source sûre puisque c’est la scénariste Brigitte Luciani, qui me l’a dit.

Toute cette joyeuse troupe va apprendre à devenir une vraie fratrie, malgré leurs différences et le respect des traditions de chacune des races. C’est en outre, ces considérations qui donnent le sel de ces aventures, elles sont souvent au centre des chamaillerie de Roussette et Carcajou.

Les héros sont indéniablement les enfants, mais les parents, présent ou absent comme la maman Blaireau et le papa Renards, ne sont pas oubliés non plus et ont leur propre rôle à jouer pour que le tout reste cohérent.

famille blaireau renard devant le terrier

 

La Nature est un personnage comme les autres
On s’en doute pour les animaux leur environnement est vraiment très important. À la fois, terrain de jeux et de découvertes, c’est ainsi que les enfants animaux vont petit à petit apprendre à mieux appréhender le monde qui les entoure. Mais l’amour de leur espace va bien au-delà puisque comme dans la vie, réelle, certains membres de notre joyeuse bande vont prendre l’habitude de recycler ce qu’ils trouvent dans la nature, et pas seulement pour manger, mais également pour aménager le terrier, ou bien fabriquer des objets, je pense notamment à la boîte à son du second épisode.

 

 

 objets

 

 

 

Le respect de la nature dans les moindres détailles

 

L’équipe d’animation a tenue à immerger les jeunes téléspectateurs dans l’univers des sous-bois, en les sensibilisant aux sonorités de ces derniers.

 

« La famille Blaireau-Renard m’a inspiré une musique faite d’instruments acoustiques naturels, bricolés, cabossés, trouvés dans la nature, jouant des compositions légères, joyeuses et entraînantes, parfois fragiles, sensibles, imparfaites émouvantes comme peuvent l’être nos héros ! À la différence de grand nombre de musiques de série, j’ai mis un point d’honneur à n’enregistrer que de vrais instruments ou objets sonores en “live” afin d’obtenir une vraie force émotionnelle et une véritable authenticité, ce qui nous donne un aspect “fait maison” sur l’ensemble de la B.O. »
Guillaume Poyet – Musique originale

 

Rendez-vous le 7 avril ?

 

Je ne sais pas vous, mais moi, c’est certains que dès le 7 avril prochain, je vais me brancher sur France 5, dans l’émission Les Zouzous pour revoir le premier épisode, ainsi que les suivants.

52 épisodes de 10 minutes.

Parce que vous l’aurez compris, j’ai eu le même coup de cœur pour le dessin animé, que pour la BD.

Spread the love
  • 6
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *