Gérer la peur lors d’un exposé à l’oral, réponse à Pauline

Défi 30 jours. vidéo 2/30

Pauline, est inquiète à l’idée de prendre la parole, lors de son exposé à l’oral. Elle m’a envoyé un mail me demandant, si j’avais une histoire, ou des astuces pour l’aider à prendre confiance. Cliquez au centre de la photo, pour entendre mes conseils à Pauline, pour être plus zen, lors de son exposé.

 


Retranscription texte :

Bonjour bienvenue sur cette vidéo du défi 30 jours, c’est la deuxième.

Aujourd’hui, je voudrais répondre à Pauline qui m’a envoyé un mail, alors je vous lis le mail.

“Bonjour Mickaéline, j’ai découvert ton blog, grâce à tes articles sur la dyslexie, que m’a conseillé une amie. A la fin des vacances je dois faire un exposé, car il est à l’oral, as-tu des conseils ou une histoire pour m’aider.

Merci

Pauline”

 

Eh bien Pauline, figure toi que je cherchais une histoire pour t’inspirer, finalement, je me suis rappelée, grâce à ta question, ou grâce à toi, je ne sais pas, je me suis rappelée d’un moment de ma vie.

C’était au collège, c’était ma prof de Français, qui nous avait donné, un texte à lire, seulement ma mémoire de poisson rouge n’est pas assez précise, pour me rappeler si c’était juste un texte, ou un livre précis. Ni le titre. 

Tout ce dont je me rappelle, c’est qu’il y avait un long passage de dialogue en patois, et forcément lorsque j’ai commencé à lire le texte, puisqu’il fallait le lire, pour ensuite le lire à l’oral, j’ai vu ce dialogue, je me suis dit, je n’y arriverais jamais, je n’y arriverais jamais, ce n’est pas possible.

Alors pour ceux qui arrivent pour la première fois grâce à cette vidéo sur la chaîne, il faut savoir que je parle beaucoup sur le blog, de la dyslexie, puisque je suis dyslexique, alors je ne suis pas dyslexique de la lecture comme beaucoup, j’ai une dysorthographie, c’est-à-dire que je peux lire beaucoup. D’ailleurs, je lis beaucoup, mais je ne retiens absolument pas l’orthographe, et j’ai une grosse dyscalculie, les maths pour moi sont une horreur. Parenthèse fermée.

On reprend, donc ce passage, m’angoissait, alors je les lus et relu, et relu, toute la soirée, ce passage. Jusqu’au moment où je me suis dit : attends-tu habites dans le Berry, tes grands-parents de chaque côté, parlent le patois du Berry, je connais l’accent, je me suis entraînée dessus.

Je me suis dit, de toute façon, j’ai rien à perdre, au pire la prof ne m’interroge pas, et je me serais entraînée pour rien. Au mieux la prof m’interroge, mais j’aurai déjà potassé ce passage. 

Toute la nuit, j’ai repensé à ce passage, comment je pouvais l’interpréter, toute la nuit. Je n’ai quasiment pas dormi, j’étais dans ce qu’on appel des phases de sommeil éveillé, en répétant ce passage.

Et puis arrive le moment d’aller à l’école et donc en cours, la prof commence par interroger, un élève, deux élèves, trois élèves, et au moment du dialogue, je te le mets en mille, qui sait qu’elle a interrogé ? Bibi

Bien sûr, j’ai eu peur que les autres rigolent, se moquent de moi. Et bien, ils ont rigolé. Ils n’ont pas rigolé en se moquant de moi, ils ont rigolé, car, certains te dirais par miracle, j’ai super bien lu ce passage, ce texte, comme si ce n’était pas moi qui le lisais, mais comme si c’était en théâtre, sans m’en rendre compte, j’ai mis le ton, et j’ai super bien lu ce passage, d’ailleurs la prof, m’a arrêté peu de temps après. J’étais super fière de moi !

Donc, pour y arriver, bien sûr, j’ai quelques techniques, j’en parlais dans l’article sur la timidité, sur le blog les petits loups malins, dans la catégorie adolescents, dedans déjà, je donne les clés pour t’aider pour ton exposé.

Tu sais quelque part, ce sont les mêmes, c’est également, ceux dont je me sers pour la vidéo

1) Redresse-toi, je sais, sur les vidéos, j’ai tendance à être un peu tassé, pour pouvoir être dans le cadre.


2) Ensuite, tu respires, alors tu ne respires pas par la poitrine comme la plupart du monde, mais par le ventre. Avant d’aller à ton exposé, tu respires trois fois, par le ventre et tu expires lentement, ça va évacuer le stress.

ensuite, tu respires par le haut, du nez, je ne sais pas si tu as fait de la chorale, ou si tu en fais, mais c’est la respiration qu’on prend pour certaines notes. Tu souffles à chaque fois, très lentement, tu verras, ton corps va se calmer, enfin évacuer l’adrénaline


3) Après, je ne te conseille pas d’apprendre par cœur, ton exposé, pareil dans ton mail, tu ne me dis pas si tu es toute seule, pour le faire, et si c’était un sujet libre ou imposé. Parce que ce n’est pas tout à fait la même chose, si c’est toi qui as choisit le thème, c’est un sujet que tu maîtrises. Si c’est toi qui l’as choisi, c’est que c’est un sujet qui te passionne.
Si c’est un sujet imposé, part du principe, comme je le disais dans mon article, part du principe que la prof, n’y connaît rien. Que tes camarades n’y connaissent rien, c’est toi qui connais ton sujet, ce ne sont pas les autres. Les autres ont peut-être entendu parlé de… Mais ils ne connaissent pas, toi, tu connais.

Donc tu pars du principe, que tu maîtrises ton sujet, et que les autres n’y connaissent rien, c’est valable également pour tes examens oraux. C’est ma prof de terminale, qui m’a appris cela, au moment de passer le bac. Que les autres n’y connaissent rien, et que tu es là pour leur apprendre. Car si tu te dis, que c’est un prof qui est en face, ton angoisse, alors que si tu te te redresses, que tu respires, en te disant je m’en fou, je connais mieux mon sujet que lui, tu vas prendre de la confiance en toi.

4)  Ensuite fais-toi, ce que j’appelle des bullets, des petits points, comme je me suis fait (cf caméra) je me suis fait des petits points importants pour ne rien oublier. Parce que comme je suis une pipelette pas possible, je pars dans mes délires, et puis après, j’oublie, ce que j’ai dit, et où j’en suis. Donc ça me recadre, du coup de temps en temps, je baisse les yeux pour voir si je n’oublie rien.

5) Après, si vraiment tu es timide, introvertie, que t’as vraiment peur, en un mot que t’es comme moi, quand j’étais ado, fais-toi ce que j’appelle un point d’ancrage. Alors un point d’ancrage, c’est un geste qui va te donner confiance. 

Le mien est constitué, de plusieurs choses, dans ma tête, je pense à quelqu’un que j’admire, et en même temps je fais ça (voir geste sur la vidéo), tout en faisant mon système de respiration, ça me permet de me concentrer, ou de me calmer, même quand je suis en colère, car ça m’arrive aussi d’être en colère. 

Ça me permet de me ressourcer, de me dire qu’il n’y a rien d’important, l’autre-là, dans son coin, il rigole, ben laisse le rigoler. Tu n’en as rien à faire qu’il rigole, de toute façon, si cela se trouve, il se choppera une mauvaise note, et puis pas toi.

Donc tu te redresses, tu respires, tu maîtrises ton sujet, tu te fais des bullets, n’apprends pas par cœur, mais relis, relis, relis la veille au soir, pour être sûr de bien tout enregistrer.

6) Ne regarde pas toute la classe d’un coup, car si tu n’as pas l’habitude de parler en publique, tu vas voir celui qui parle, celui qui dort, en un mot, tu vas te déconcentrer. Focalise ton regard sur une copine, si celle-ci ne fait pas l’exposé avec toi. Si cette dernière est à côté de toi, mets toi, de façon à voir le professeur. Parle à une seule personne que toi-même, tu auras définie, donc prends quelqu’un de confiance. Évite de regarder celle avec qui tu ne t’entends pas, car c’est le meilleur moyen de perdre la confiance en toi.

Et puis dits toi que tout le monde à peur. Je dis que ce défi vidéo, est un vrai challenge, parce que je n’aime déjà pas être prise en photo, alors imagine en vidéo quoi. Pourtant, tu remarqueras que je n’ai pas fait mon point d’ancrage, je le fais plus, je le faisais sur les premières vidéos, puis j’ai pris confiance en moi, pourquoi ? Parce que je me dis, la vidéo plaît tant mieux, elle ne plaît pas tant pis, elle n’est pas faite pour plaire, elle est faite pour que moi, je prenne confiance en moi, c’est mon petit pas, pour ma formation, puisque c’est pour une formation que je me suis lancée là dedans. Et puis en plus je prends du plaisir à les faire, c’est donc tout bénéfice.

Donc, pour ton exposé, si c’est toi qui as choisi le thème, faits toi plaisir, tu n’as rien à craindre ! Une mauvaise note ? Et alors ça se rattrape une mauvaise note !

Et puis si tu y vas confiante en te disant que la prof n’y connaît rien que tu fais tous les exercices je suis même pas sûre que tu es une mauvaise note. Mets des choses, qui te donne confiance en toi, penses à des choses qui te donnent confiance en toi.

Comme je sais que les jeunes aiment regarder la télé, prends une actrice ou une personnalité que tu admires et dis toi, que c’est à elle que tu t’adresses, ou identifie toi à elle, prend la comme modèle.

Je terminerais en te disant vas y fonce, tu n’as rien à perdre, regardes, moi, les vidéos, elles ne sont pas terribles, et pourtant, j’y vais, je fonce, sans préparation en plus.

Je vais te poser une question, es-tu sûre à 100% que tu vas te planter ? Es-tu sûre à 100 % que tes camarades vont rire ? Es-tu sûre à 100% d’avoir une mauvaise note ?

Non, non, et non, donc fonce, prends confiance en toi. Enfin, je terminerais en disant si tu as peur, et bien, je vais te donner un scoop, tu auras peur, et tu le feras quand même.

Si tu as aimé cette vidéo, partage là

(ceux qui préfèrent la retranscription texte, si vous aimez cet article partager le)

Spread the love
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *